Vous êtes ici : Accueil > Les B.E.F. > BEF Dieppe-Eu-Neufchâtel > Projet > BEF DEN - Projet pédagogique 2014-2017
Publié : 9 octobre 2015

BEF DEN - Projet pédagogique 2014-2017

Le contexte du bassin d’éducation Dieppe-Eu-Neufchâtel est celui d’une vaste zone essentiellement rurale, aux réalités socio-économiques multiples : emploi industriel et agricole à Dieppe et dans le Pays de Caux, tradition industrielle de la Vallée de la Bresle, identité agricole du Pays de Bray. La crise économique impacte fortement l’activité et le taux de chômage (14% environ). Les catégories socio-professionnelles défavorisées sont importantes (47.4%). Paradoxalement, le nombre de boursiers de collège peut interroger sur l’accès des familles à leurs droits. La ruralité a deux corollaires : un accès à la culture limité et inégalement réparti, et un maillage insuffisant des transports, qui renforcent le manque d’ambition et de mobilité. Les difficultés matérielles de déploiement des outils numériques constituent également un frein important. Si la carte des formations est plutôt riche et en phase avec les besoins économiques, elle n’est pas déployée équitable ment et trop limitée en offres post-bac. La dispersion et l’éloignement des publics scolaires favorisent le cloisonnement.
Les points forts tiennent à un ancrage satisfaisant de la liaison école/collège, à un climat scolaire et des résultats globalement favorables, y compris pour les élèves de milieux défavorisés (81.2% de réussite au DNB des PCS défavorisés), à une tradition de dialogue avec le monde économique.
Les faiblesses concernent l’ouverture culturelle et internationale, le lien avec les familles (ruralité et réseau de transport) et la pauvreté des représentations des formations et des métiers. Ces éléments brident la persévérance scolaire, notamment la poursuite d’études dans l’enseignement supérieur pour toutes les séries du baccalauréat.
Les établissements scolaires engagent des démarches de remédiation, qu’il appartient à l’entité BEF de mutualiser en tenant compte des atouts et des fragilités. Une stratégie commune fixe les priorités du bassin d’éducation et de formation :

  • Pour assurer le continuum de l’école à l’enseignement supérieur, nous choisissons de mettre en œuvre les articulations (inter degré, inter établissement) et le PIIODMEP, d’engager une démarche de reconquête des élèves et des familles, qui redonne des perspectives au parcours scolaire.
  • Pour lutter contre le risque d’échec scolaire, nous développons un maillage équitable du territoire dans le champ de l’information-orientation et du lien éducation-économie
  • Pour favoriser l’accrochage scolaire, nous poursuivons une forte mobilisation des établissements (référents décrochage, Mission de Lutte contre le décrochage scolaire, dispositif FOQUALE), en proposant des solutions individualisées aux jeunes concernés.
  • Pour pallier le manque d’ambition scolaire et d’ouverture culturelle, nous initions une vraie réflexion sur la dimension internationale, en engageant notamment des actions de coopération dans le cadre des programmes européens
  • Pour encourager l’entrée dans l’ère du numérique, nous accompagnons la rédaction du volet numérique des projets d’établissement et la formation des enseignants.
info document -  PDF - 362.9 ko"